dimanche 23 septembre 2018

Des Sécap originales.

L'information n'est pas nouvelle*... sauf pour moi.
Je découvre cette pratique originale qui mérite d'être évoquée dans ce blog de vulgarisation.


 
 
Cette empreinte rouge qui fait fonction d'étiquette de recommandation a été apposée par une machine Sécap avec empreinte réduite à la seule flamme!
Le Centre de Chèques Postaux de Bordeaux est bien connu pour cette pratique.
1961 semble être la première année d'utilisation de ces Sécap de recommandation...

* Yvon Nouazé, "L'oblitération mécanique en France", tome 1, page 486 (et avant, "La Philatélie française" N°378, décembre 1985)

dimanche 26 août 2018

Chauvins, à l'Automobile Club de la Moselle???

Voici en tout cas un devant de lettre qui le laisse penser:

  Eh oui! Pas moins de trois exemplaires du 75c émis (avec un peu de retard) pour le 150e anniversaire de la mort de l'aéronaute François Pilâtre de Rozier.

Pourquoi parler de chauvinisme?

Ce pionnier de l'aviation est né à Metz et c'est d'ailleurs le Conseil municipal de cette ville qui est à l'origine du timbre par une délibération de 1934. Le dessin (sur lequel on aperçoit la cathédrale de Metz) est l'œuvre de l'artiste du pays, Clément Kieffer.

Son usage de base est l'affranchissement de la lettre du deuxième échelon de poids (20 à 50 g) dans le régime intérieur.

Mais il correspond aussi, entre autre, à l'affranchissement d'une lettre simple pour le Luxembourg! Il s'agit d'un tarif spécial inférieur de moitié à celui d'une lettre dans le régime UPU!
Notre pièce illustre ce tarif particulier!
Les deux autres exemplaires, associés à un 50c "PAIX", matérialisent les 2 F de la taxe de recommandation pour l'étranger.


dimanche 19 août 2018

Daguin de SAINT-LOUIS (Sénégal)

Les timbres au type "Général Faidherbe" font partie d'une série émise en 1906 pour les Colonies de l'Afrique Occidentale Française. Ces deux timbres à 5c correspondent, à cette époque, à l'affranchissement d'une lettre simple dans le régime intérieur valable aussi pour les relations entre la France et ses colonies...


Tout l'intérêt de cette lettre réside dans les petites taches d'encre!


Il s'agit en effet des fameuses traces que laisse parfois le piston-toucheur des machines DAGUIN. Sans ces traces, dans le cas d'un montage en solo du timbre à date, rien ne pourrait différencier une oblitération par machine d'un timbrage à la main!

Ces DAGUIN sont beaucoup plus discrets que ceux avec flamme publicitaire carrée qui apparaitront en France en 1923. Au Sénégal, on en connaît à Dakar dans les années 30 et une seule à Saint-Louis, en 1943/44 ("UN SEUL/BUT/LA VICTOIRE"):

(Delcampe)


Pour en revenir à notre lettre, elle part de SAINT-LOUIS le 16 novembre 1908 et arrive à DAKAR le lendemain où elle est placée dans une dépêche confiée selon toute vraisemblance au paquebot  Cordillère venant de Pernambouc, qui quitte Dakar le 22 novembre et arrive à Bordeaux le 29. Elle sera distribuée à PARIS le 30 novembre.