mercredi 23 janvier 2019

Anticipation

La lettre que je viens de dénicher ne tient pas de la science-fiction, mais seulement de l'anticipation...


Cela ne saute pas aux yeux, mais une telle oblitération ne sera règlementairement possible que... 20 jours plus tard!

En effet, le Bulletin Mensuel des Postes de juin 1901 prévoit la création de nouveaux blocs horaires où l'indication de l'heure remplacera celle de la levée. A cette occasion, l'administration décide de "faire agrandir légèrement les couronnes de timbres à date existants"... créant ainsi le type R01 (ou A3c) des marcophiles!


En août, le BM n°10 précise que la substitution doit se faire le 1er octobre 1901 au matin:


Le 1er octobre est aussi un jour important pour la Poste parisienne car il correspond à la création de 9 Centraux d'arrondissement, bureaux qui se chargeront du tri et de la distribution à la place des anciens bureaux de quartier!

Comme on peut le voir, à partie du 1er octobre, PARIS 77 devient PARIS XIX.


Ainsi, le bureau de la rue d'Allemagne a utilisé par erreur, avec 20 jours d'avance, son futur nouveau nom!*
Et par la même occasion, un modèle de timbre à date devant être mis en service le mois suivant.

Une faute qui a dû être assez vite corrigée, je présume.

Ce qui est sûr, c'est qu'à la fin du mois, l'ancien timbre à date finissait sa carrière tranquillement:


* Un peu comme si l'actuelle dénomination "Place Charles de Gaulle" apparaissait sur un document du XIXe siècle au lieu de "Place Saint-Nicolas", ancien nom d'une des plus grandes places d'Europe...  ce qui finalement ne serait pas dramatique, au-delà de l'anachronisme, puisque les Bastiais continueront toujours à l'appeler Place à Nicolas, ce qui est somme toute assez familier!

dimanche 9 décembre 2018

Etiquette de Bordeaux... un grand cru!

Dans mon précédent message, je supputais, en me basant sur les informations que j'avais, que la première destination de cette carte d'août 1967 était soit Paris soit sa banlieue.
 
 
Je fus donc plutôt surpris de voir qu'elle a d'abord été adressée à Bordeaux où a été apposée l' étiquette de réexpédition!
 
 
C'est Luc Guillard qui m'a communiqué la note suivante:
 
DSPRP bulletin n° 60 du 12 mai 1967 :
 
« REEXPEDITION DES CORRESPONDANCES
1 - ESSAIS DE TRANSCRIPTION MECANIQUE DES NOUVELLES ADRESSES.
Au cours de l’été 1966 des essais de transcription mécanique des nouvelles adresses sur la correspondance à réexpédier ont été effectuées dans le département de la Seine-Maritime.
D’après les résultats obtenus, il apparaît que le système le plus intéressant  consiste à remettre aux préposés des étiquettes adhésives portant la nouvelle adresse du destinataire, et qu’il suffit de coller sur les correspondances.
 
Depuis le 2 mai, des essais xxx de ce système sont effectués dans les bureaux suivants :
  • AMIENS RP
  • BORDEAUX RP
  • LE HAVRE PRINCIPAL
  • ROUEN RP
  • TOULOUSE RP.
Les correspondances réexpédiées à partir de ces établissements seront revêtues d’une étiquette adhésive, de format de 89 x 27 mm, portant un cadre rouge interrompu le long du bord supérieur par la mention ‘’PTT REEXPEDITION PTT’’.
 
La nouvelle adresse à l’apparence d’un texte dactylographié. (…) »
 
Compte tenu de leurs dimensions, les étiquettes de réexpédition recouvrent parfois une partie de la première adresse ; mais le type d’adhésif utilisé permet, si besoin est, de soulever l’étiquette pour relire la suscription de l’objet. »
 
Nous avons donc là un bel exemple d'essai d'étiquette de réexpédition courant 1967 à Bordeaux.
Dommage que Toulouse n'en ait pas apposé une à son tour!
 
Un grand merci à Luc Guillard!
 
 
 

jeudi 29 novembre 2018

Etiquettes P.T.T.-REEXPEDITION-P.T.T.

Après un essai confidentiel en 1966, en Seine-Maritime, deux étiquettes apparaitront en 1967 pour de nouveaux tests concernant la réexpédition des correspondances; elles se distinguent selon la taille des caractères de la mention P.T.T.-REEXPEDITION-P.T.T.

 
GROS CARACTERES
 
Lettre de Oyem, Gabon, pour PARIS 10e, réexpédiée vers Paris 1er, août 1968.
 
 
 
 
PETITS CARACTERES
Carte postale de Moscou, URSS, pour Paris ou sa banlieue* , réexpédiée vers Marcellus (Lot-et-Garonne, puis Toulouse (Haute-Garonne) et Chasseradès (Lozère), août 1967.
 
 
* Selon toute vraisemblance puisque cette pré-série n'a équipé que des bureaux parisiens ou de la banlieue de Paris...
 
 
Je remercie Luc Guillard pour les renseignements fournis :-)